Mailing List

lundi 30 mai 2016

Les Illuminati écrivent à Jean-Claude Juncker


_______________________________________________________________
De: Illuminati de Bavière <grandmaitre@illuminatenorden.de>
A: Jean-Claude Juncker <jc@synarchie.lu> ; Mario Draghi <mario@bilderberg.nl>
CC: Nouvel Ordre Mondial <manu@en-marche.fr> ; Grand Orient de France <jlb@udi.fr> ; Reptiliens <barack@whitehouse.gov> ; Templiers <vge@ext.elysee.fr>
Objet: Reprends-toi, Jean-Claude !

Très cher Frère, cher Jean-Claude,

Tu es, depuis le départ prématuré de Hosni Moubarak, l'un de nos plus jeunes membres. Contre l'avis de beaucoup dans nos cercles, j'ai fait confiance à la jeunesse et ai décidé de te remettre les clés de la commission européenne. Je dois aujourd’hui te faire part de ma très vive amertume.

Nous œuvrons ensemble depuis des années pour soumettre les peuples d'Europe à nos actionnaires majoritaires. A ta prise de fonction, Jean-Claude, notre Confrérie illuminait le continent entier, et voilà que, depuis 2014, tout part à vau-l'eau. L'arrivée des communistes en Grèce, les référendums au Pays-Bas (nous avions pourtant dit plus de référendums !), Volkswagen, Luxleaks, le PNR, le secret des affaires, la campagne du Brexit au Royaume-Uni qui révèle tous nos petits secrets, le TTIP qui n'en finit pas... Vient un moment où la corde craque, Jean-Claude !

En 2014 nous avions trouvé amusante l'idée que tu sois le premier "Président élu de la Commission", mais j'ai bien peur que les évènements ne t'aient totalement dépassé. Je note que, sous ta présidence, le Parlement européen se prend à rêver de jouer un rôle politique, et multiplie les commissions d’enquête. Et puis quoi encore ? Un rapport d’initiative sur les chemtrails ? Une sous-commission sur le moonlanding de 1969 présidée par le déjà trop curieux Jozo Radoš ? Ouvre les yeux, Jean-Claude : les élections, le vote du public, tout ça monte vite à la tête. Pour l'instant cette bande d'heureux-députés est tout juste capable de se mettre d'accord sur le menu de la cantine mais viendra un moment où ils ne se contenteront plus des MEP awards, des petits fours chez Friends of Europe et d'avoir leur nom dans la liste des quarante députés qui comptent de Politico.

Il faut te reprendre, Jean-Claude. Et vite. Tu sais, personne n'est irremplaçable. D'autant que Sepp Blatter et Joseph Ratzinger sont de retour sur le marché de l'emploi.

Fraternellement,

Ton G.M.O.

PS: Je mets Mario en copie parce que tu n'est pas le seul à décevoir. Nous sommes en 2016 et la graphie des billets en euro n'a toujours pas été modifiée, contrairement à la résolution passée lors de notre Congrés au Panama : pas un triangle, pas une équerre, pas un compas, rien. Mario, où est passé ton « whatever it takes » ?


_________________________________________________
This email was sent to you from MyIlluminati: try it here!



lundi 23 mai 2016

Europe, fin de soirée


Sur le vieux continent ça sent la fin de soirée. Soixante ans d'intégration, c'est un peu comme une fête bien arrosée sur les coups de six heures du matin. On zigzague entre les bouteilles vides. On peste contre les enfoirés qui ont écrasé leurs mégots dans le fond de leur verre. La lumière froide du petit matin prend le dessus sur celle des lampes du salon. Le fard a coulé et on commence à sérieusement se demander si on se serait aventuré à flirter avec la Polonaise, si on l'avait vue démaquillée. Le Hongrois a l'air beaucoup moins sympathique depuis qu'il a revêtu le costume national traditionnel.

Un coup d'œil à gauche, un coup d'œil à droite. Çà et là des petits groupes se sont formés. Plus tôt on a dansé, ensemble. Plus tôt on a bu, beaucoup. Mais après soixante ans d'intégration, les visages sont hâves, les regards hagards. Tout le monde se demande ce qu'il fout là. Six heures du mat', c'est un truc de jeunot ça et pour la vieille Europe, ça commence à faire un poil tard.

La soirée avait pourtant bien démarré. Au début on avait la pression. Pas sûr que tout le monde vienne, vu le passif. Mais ça a pris. Comme dans toutes les soirées réussies il y a eu des surprises, des trucs à raconter. En milieu de soirée les deux allemandes nous ont annoncé qu'elles avaient décidé de se remettre ensemble. On avait sorti le polaroid pour l’occasion : « Le bisou, le bisou, le bisou, ouaais ! ».

On a fait tellement de bruit que ça a attiré les voisins. On a fait tomber le mur mitoyen et on a élargi. Bon, pendant les présentations il y a eu des loupés:
« - Hein ? Quoi ? Pierre ! Non? Ah, Piotr ! Et toutes les consonnes dans le nom de famille là, c'est normal? Eh ben, on va se marrer pendant les parties de scrabble. »
Très vite on s'est forcé à parler anglais, histoire d'exclure personne. Y'a que les français que ça a emmerdé et ils l'ont fait savoir.  

Mais après soixante ans d'intégration et alors qu'on s'approche de six heures du mat', il faut bien avouer que ça retombe.

Ça a commencé à tourner chocolat quand Angela a coupé la musique et braillé à cause des tâches de pinard sur les murs – faut dire que le sirtaki avec les verres pleins dans les deux mains, ça pardonne pas. Elle était pas contente la Mutti : « C'est pas vot' nom qu'est sur le bail, j'vais m'faire bouffer ma caution ». Bref, ambiance. Là-dessus Viktor a balancé une crasse sur les noirs et les arabes, façon « le bruit et les odeurs ». Y'en a que ça a fait marrer, d'autres moins. Psychodrame : 
« - Il a pas tort Viktor dans le fond...
- Ok mais et la convention de Megève, alors ! »

Michel, le belge, boute-en-train, a essayé de relancer la machine avec un remix de 'Ever closer union' par Benny Benassi mais ces vieux machins des années 60, ça prend plus. À soixante ans d'intégration, six heures du mat', tout le monde a envie de rentrer chez soi. Tut' tuuut, y'a un bus rouge qui attend devant la maison pour ramener l'Anglaise. Faut dire que l'electro c'est pas son truc à la princesse, elle, ce qu'elle aime, c'est les Pink Floyd. Money! dung dung dung, get away...

Soixante ans d'intégration, six heures du mat, la fête est finie? Pas pour tout le monde. Il en reste quelques-uns qui cherchent un after.

Les Grecques
Collectif de bas-fonctionnaires européens