Mailing List

mardi 13 décembre 2016

Plenaria dell'arte

Ça y est ! Toutes les troupes politiques du Parlement européen ont désigné leurs premiers rôles pour accéder à la Présidence de l'institution.

Inspirée du théâtre Italien, la Plenaria dell'arte repose sur l'improvisation d'acteurs souvent masqués. Ingéniosité, naïveté, ruses et travestissements en font tout le sel.

Mais découvrons plutôt les personnages que nous offrent ce soir les euro-histrions !

Tout d'abord, pour le groupe des Zannis & Démocrates (Z&D), représentant les valets du petit peuple : Pittell'Arlequin. Valet comique, il est connu pour son astuce et sa paresse.



Ensuite, pour le Parti des Vieillards Européens (EVP)  : il Dottore Tajani. L'Ancien commissaire-sachant, qui n'a de docteur que le nom. Son costume de scène est noirci par les méchantes rumeurs entourant sa probable implication dans « Dieselgate », un drame de production allemande.



Enfin, pour l'Alliance des Libéraux et des Stochocrates Européens, le soldat-fanfaron, le fier à bras : le Capitaine Fracasse aussi connu sous le nom de Matamorhofstadt. Enthousiaste et lâche, Matamorhofstadt est une parodie de l’héroïsme militaire.



Comme dans la Commedia dell'Arte, peu de rôles féminins. Ainsi l'Europe du XXIe siècle ressemble-t-elle à celle du XVIe siècle.


Les Grecques
Bas-fonctionnaires européens

mercredi 7 décembre 2016

Episode 8 - Thalys qualis

 



Précédemment dans Le Nom de l'alose : Sara Palmer du journal Politicus mène une enquête sur les réseaux allemands au Parlement. Adrien Dulait pense que ces derniers pourraient être impliqués dans la mort suspecte de son ancienne patronne. 
Vous avez manqué le début ?
Episode 1 : L’Assemblée du crime
Episode 2 :
Actio personalis moritur cum persona
Episode 3 : La Ruche
Episode 4 - Chômage technique
Episode 5 - Moi, Président du Parlement
Episode 6 - Homo electus
Episode 7 - Zeitgeist



Episode 8 - Thalys qualis 

Il était des querelles qui revenaient inlassablement au cœur de la Bulle bruxelloise. Ainsi l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, l’existence d’un demos européen, ou l'opposition entre « Europe marché » et « Europe politique ». Un de ces sujets récurrents, propices aussi bien à la plaisanterie qu'à l'emportement, était la controverse autour du siège du Parlement.

En effet, le Parlement européen était trinitaire : il n'était qu'Un dans les écritures, mais il se matérialisait en ce bas monde dans trois lieux de travail : Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg. A Bruxelles, le Parlement travaillait. À Strasbourg, il votait. Et à Luxembourg… Ma foi, nul ne savait vraiment ce qui se tramait à Luxembourg, mais comme personne n'était contraint de s'y rendre, cette protubérance administrative ne provoquait de colère ni dans les cœurs, ni dans les têtes.