Mailing List

jeudi 13 juillet 2017

LesGrecquesxit

Les Grecques prennent congés. Pause. Pouce. Article 50. #Grecquesxit.
Nous, fonctionnaires masqués, raccrochons après un an de lutte contre les forces de l’euro-sinistrose. 
Les Grecquesxit

 
En Mai 2016 l’Europe institutionnelle ressemblait à une grosse fin de soirée, déprimante et finissante. Gotham-Bruxelles était tenue par la pègre de l’euro-déprime, les honnêtes citoyens du quartier européen n’osaient plus lever les yeux vers le ciel.

Bravant les interdits, envoyant par dessus la jambe le devoir de réserve, nous avons alors endossé les habits de justiciers-pitres masqués.
Notre mission : redonner la banane  à la Bulle (la belle banane courbée, celle des directives qui donnent des boutons aux Anglais).
Nous sommes donc restés tard le soir au bureau pour pondre poèmes, pastiches, billets et feuilletons, gagnant ainsi l’estime de nos supérieurs – les innocents – et quelques messages sympathiques de fidèles lecteurs – merci à tous.
Mais l'Europe commence à montrer des signes de maturité, alors  nous aussi.
Il est temps de ranger nos masques, plier nos capes, troquer nos super-vannes pour retrouver nos agrafeuses et nos machines à café.
Nous raccrochons, vaincus par plus forts que nous.
Il faut bien l’admettre : aujourd’hui, le comique de la réalité continentale outrepasse largement nos capacités d'écriture.
Theresa May fait des vannes grandeur nature (le coup de l'élection surprise, franchement, respect). Donald Trump la seconde avec application dans son entreprise de sauvetage de l’Europe. Le Président de la République fait des portraits présidentiels avec un selfie-stick. Marielle de Sarnez a battu un nouveau record de vitesse en ne restant qu’un mois et trois jours au poste de secrétaire d’Etat aux affaires européennes, volant ainsi son titre à Thierry Repentin. Malte a eu la présidence du Conseil, et s’en sort avec un accord sur… la navigation intérieure. En Marche, en roue libre, organise les assises de la mobilité.

Seul bémol : l'hémicycle strasbourgeois s’est vidé de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, et de surcroît Nigel Farage est sur le départ. C’est tout ça de moins pour la rigolade.
Bref, depuis quelques semaines, nous le sentons bien, la bulle n’a plus autant envie de rire de sa condition : place au rêve.
Alors, tels Bruce Wayne après chaque mission, nous rentrons dans nos pénates. 
Mais attention : si le rêve s’effondre, si les forces de l'euro-déprime pointent à nouveau le bout de leur nez, si la sinistrose vient à s’emparer de Bruxelles, alors nous sortirons de nos DG, de nos cabines de traductions et de dessous les jupes de nos députés pour moquer les grands de ce petit monde.
Et en attendant, nous veillons sur Twitter et Facebook
A suivre...
 


Les Grecques
Bas-fonctionnaires européens

mardi 2 mai 2017

Ne me frexit pas

La campagne présidentielle française se termine enfin. A Bruxelles, dans cette eurocratie mal aimée, c'est l’expectative anxieuse. Il s'agit d'un débat démocratique solennel, et les bas-fonctionnaire que nous sommes observent, bien entendu, leur devoir de réserve. Nous avons néanmoins entendu, dans les couloirs du Berlaymont, fredonner cet air de Brel...
Ne me frexit pas

Ne me frexit pas
Il faut oublier
Tout peut s'oublier
Qui s'enfuit déjà
Oublier l'Traité
Et le temps perdu à Nice et Lisbonne
À savoir comment
Oublier la crise grecque
Qui tuait parfois d'austérité
Notre envie d'euro
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas

Moi je t'offrirai
D'la démocratie
Tant que t'en voudras
Je f'rai un traité de la zone euro
Pour couvrir la Grèce d'or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l'euro sera roi, où l'euro sera loi
Où tu seras reine
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas

Ne me frexit pas
Je t'inventerai
Des articles insensés
Que tu comprendras
Je te parlerai
De cette Convention
Qui nous portera cette Europe sociale
Je te raconterai l'histoire de ce Brexit
Qui serra le cœur de tous les humanistes
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas

On a vu souvent
Rejaillir l'espoir
D'une ancienne Union
Qu'on croyait perdue
Il est, paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Grâce à la PAC nouvelle
Et quand vient le soir
Pour qu'un ciel flamboie
Le jaune et le bleu ne s'épousent-ils pas?
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas

Ne me frexit pas
Je ne vais plus imposer
Je ne vais plus sanctionner
Je me cacherai là
Dans le Berlaymont à ne faire plus que
De inoffensif Better Law Making,
Laisse-moi devenir l'ombre de ton ombre
L'ombre de ta main
L'ombre du Marché Commun
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas
Ne me frexit pas



Les Grecques
Bas-fonctionnaires européens

mercredi 19 avril 2017

Sh'U.E.razade et le Sultan

La Turquie, en votant « oui » dans un référendum dimanche, s'est clairement mise au ban des nations européennes, en montrant qu'elle ne partageait pas une valeur européenne essentielle : nous, nous votons toujours non, nee, no, nei, oxi, nej. A cette occasion, nous vous proposons quelques hendécasyllabes, mettant nos pas dans ceux de Dante (« Mi ritrovai per una selva oscura »), de Rimbaud (« L'eau des bois se perdait sur les sables vierges ») et d'Eminem (« All they wanna hear is a beat and that's it »).
Sh'U.E.razade et le Sultan

Il est fort, il est grand
Il est le Sultan,
Des contrées Ottomanes :
Tayipp Erdogan.

Elle est belle, mais frêle
Sur les Dardanelles,
D’Europe la naïade :
Sh’U.E.razade.

C'est un' distraction :
Cette accession.
Chaque soir un chapitre,
Calme le bélître.

Mais voilà...

Coup d’État, coup d’éclat,
Plus d'État de droit
Visa oui, visa non,
Turquie oui ou non.

« Des fachos, des Nazi »
Pleuvent les lazzis.
Erdoğan est en rogne
Le voilà qui grogne.

L'Europe est bien pataude.
On blâme Jean-Claude.
C'est le bouc émissaire
De ces janissaires

Pour masquer l'aboulie
Et la pleutrerie
De tout les États membres
Quand le Turc se cambre.

Voyez-vous mes amis,
La grande Turquie
Ne fait rien comme nous,
Ignore nos tabous.

Chez nous, foin du valium !
Les referendums
Sont tous des casses-pipe
Question de principe.

Les Grecques
Bas-fonctionnaires européens

mercredi 5 avril 2017

S'il vous plaît... drafte-moi une directive !

L'astronaute Thomas Pesquet a lancé un concours d’écriture autour de l’œuvre de Saint Exupéry. Le défi ? Imaginer l'arrivée du Petit Prince sur une huitième et dernière planète. Comme à Bruxelles, le hors-sol c'est notre rayon, les journalistes Céline Schoen et Jean Comte ont pris la plume en collaboration avec Les Grecques. Voilà la contribution que nous avons envoyée dans l’espace. Résultat du concours attendu demain.
S'il vous plaît... drafte-moi une directive !
 
La huitième planète était entièrement couverte de moquette grise. Il y avait un bureau indiquant un numéro de série, et sur le bureau on voyait un gros porte-document sur lequel était écrit : « Surveillance macrovulcanologique et trajectoires des baobabs. »

La planète n’était habitée que par un petit homme rougeaud occupé à taper énergiquement sur le clavier d’un ordinateur. Des feuilles de papier jaillissaient d’une grosse imprimante bruyante qui se trouvait à côté du bureau.
« Qui êtes-vous ? » lui demanda le Petit Prince.

mercredi 29 mars 2017

Bruxelles ou le Désert des Tartares

A Bruxelles, au sein des institutions, on l'attend : année après année, sommet après sommet, on scrute l'horizon à l'affût d'une réouverture des traités qui ne vient pas. Soixante ans après le Traité de Rome, tous espèrent la grande bataille de mots qui leur permettra de briller et de donner un sens à leur existence. Le Dino Buzzatisme guette, on se prend pour le lieutenant Giovanni Drogo tenant son fort face au Désert des Tartares. Nous vous livrons ici quelques extraits légèrement modifiés du chef d’œuvre de Buzzati.
Ce fut un matin de septembre que Giovanni Drogo, qui venait d’être promu officier-fonctionnaire, quitta sa ville natale pour se rendre à Bruxelles, au fort européen, sa première affectation. Il faisait encore nuit quand on le réveilla et qu’il endossa pour la première fois son uniforme de lieutenant-administrateur. Une fois habillé, il se regarda dans la glace, à la lueur d’une lampe à pétrole, mais sans éprouver la joie qu’il avait espérée.
 
C’était là le jour qu’il attendait depuis des années, le commencement de sa vraie vie. Pensant aux journées lugubres de l’Académie militaire du Collège de Bruges, il se rappela les tristes soirées d’étude, où il entendait passer dans la rue des gens libres et que l’on pouvait croire heureux ; il se rappela aussi les réveils en plein hiver, dans les chambrées glaciales où stagnait le cauchemar de ne pas trouver de stage, et l’angoisse qui le prenait à l’idée de ne jamais voir finir ces jours dont il faisait quotidiennement le compte.
 

mercredi 8 mars 2017

Epso Facto



Certes, le rire est salutaire, mais il ne mène à rien. Cette semaine, nous faisons une pause dans notre feuilleton Le Nom de l’alose et nous vous proposons – une fois n'est pas coutume ! – un billet utile. Et c'est du très, très lourd : nous avons mis la main sur les prochains sujets des concours EPSO donnant accès à la fonction publique européenne.

Un rappel tout de même : seuls les ressortissants européens sont éligibles, et parmi eux, en réalité, seulement les Croates.

Les Grecques
Bas-fonctionnaires européens
Épreuve numéro 1 : Raisonnement abscons
 
Question 1
 
Parmi ces cinq vignettes, quel est l’intrus ?
 
A) B)C)D)E)
 

mercredi 1 mars 2017

Juncker Alighieri : la Divine Stratégie



En hommage à la plus haute tradition littéraire de notre Vieux Continent, le Président Juncker nous offre dans son Livre blanc publié aujourd'hui, sa Divine Stratégie. Dans cette vision dantesque de l'Union européenne, il dessine cinq scénarios correspondant aux cinq cercles de l'Enfer européen.

Premier cercle :  Les limbes du status quo
Y sont prisonniers ceux qui aiment l'Europe telle qu'elle est, sans queue ni tête.
 


mercredi 8 février 2017

Professeur Schinus


 
Cette semaine, nous marquons une pause dans notre feuilleton Le Nom de l'Alose pour vous proposer un billet en forme d'hommage. Un hommage à nos collègues marabouts et porteurs de parole de la Commission, qui pratiquent un art ô combien difficile. Ils ne transforment pas le plomb en or, mais les dossiers « chauds » en dossiers « chiants ». Ils pratiquent le spin-vaudou et la petite pique comme personne. Résultat garanti — c'est en tout cas ce qu'affirme ce flyer que nous avons trouvé dans notre boite aux lettres.

Les Grecques
Bas-fonctionnaires
européens
 
 
 

dimanche 8 janvier 2017

Oettinger star du catch



Ce lundi soir, à Bruxelles, devant une salle comble et en délire, le champion poids-bourde de la Commission européenne, Oetti a.k.a « The Undertaker » a remis son titre en jeu.

Dans la grande tradition du catch-spectacle, se sont succédé durant deux heures et demie les plus belles prises de la discipline. Auditionné par les catcheurs-parlementaires de la commission des budgets, Oetti a eu le droit à toutes les clés-de-bras de bras et à toutes les clés de répartition. Rien ne lui a été épargné. Les Verts ont attaqué très fort avec des sauts meurtriers partis des coins du ring.