Mailing List

mercredi 25 janvier 2017

Le Nom de l'alose - épisode 10


Précédemment dans Le Nom de l'alose : Toute l'eurocratie est à Strasbourg pour la session plénière du Parlement européen. Sous l'impulsion du nouveau rapporteur Helmut Crok, l'idée d'utiliser l'annexe de la directive Habitats pour créer une force navale européenne s'impose. Adrien, lui, est tombé amoureux.

Vous avez manqué le début ?
Episode 1 : L’Assemblée du crime
Episode 2 :
Actio personalis
Episode 3 : La Ruche
Episode 4 - Chômage technique
Episode 5 - Moi, Président du Parlement
Episode 6 - Homo electus
Episode 7 - Zeitgeist
Episode 8 - Thalys qualis
Episode 9 - La Plénière s'amuse
 
Episode 10 – Parole parole parole
 
À vingt-et-une heures, je rejoignis Guy Quatreville pour un dîner en ville avec une de ses amies. Dans le taxi qui nous conduisait au restaurant, il m’expliqua que notre invitée n’était autre que Mina Bascheri, la directrice en charge du dossier directive Habitats à la Commission européenne. « Une vieille copine » me glissa-t-il en poussant la porte du restaurant alsacien qu’elle avait choisi pour nous. Dîner avec Quatreville et une directrice : j’avais l’impression de faire mon entrée dans la cour des grands.

Le Fink’Stuebel était un chaleureux restaurant strasbourgeois qui, à cette heure-ci, était plein d’eurocrates, commissaires et députés sortant de quelque séance de nuit. Cette Winstub au décor chargé mettait tout de suite à l’aise. On y mangeait sans chichi des plats roboratifs qui apaisaient les appétits aiguisés par de longues journées de travail. Les verres de riesling tintinnabulaient et participaient au brouhaha général. Quelques éclats de rire gras venaient ponctuer les conversations qui, le pinot aidant, allaient bon train. De temps à autre, les convives se penchaient au-dessus de leur pièce de viandes fumantes, jetant des regards discrets de part et d’autre, et s’échangeaient quelque information confidentielle ou rumeur croustillante, le tout sous l’œil mélancolique et serein des cigognes empaillées.
 
En entrant, nous vîmes au milieu de l’établissement, dans la lumière tamisée, une dame d’âge mûr nous adresser un léger signe de la main. Elle me lança un large sourire : c’était Mina Bascheri : « Adrien, ravie de faire votre connaissance.
— Tout le plaisir est pour moi, Madame Bascheri.
— Je vous en prie Adrien, appelez-moi “Mina”, ça m’aidera à oublier qu’au moment où vous veniez au monde, j’assistais à la signature de l’Acte unique.
— “Assistais”, c’est le moins qu’on puisse dire ! reprit Quatreville. Elle était aux premières loges, petit… » En riant, ils se donnèrent une accolade chaude, généreuse et amicale. Elle se rassit devant son verre de vin liquoreux.
« Tais-toi, Guy, tu ne me rajeunis pas et tu exagères ».
 

jeudi 19 janvier 2017

Episode 9 - La Plénière s'amuse





Précedemment dans Le Nom de l'alose :

Adrien Dulait est un jeune assistant parlementaire dont la patronne, l'eurodéputée verte Sandrine Dufleur, a hérité de la révision de la directive Habitats, une directive de 1992 sur la protection de la faune et de la flore.

Avec l'aide de Juju, conseiller politique au groupe des Verts, Adrien convainc Sandrine d'utiliser cette révision technique (ajout d'une espèce marine dans une annexe) pour lancer un grand plan Marshall pour le littoral. Par un heureux concours de circonstances, l'affaire prendet la proposition est un succès politique et médiatique. Jürgen, fonctionnaire du Secrétariat de la Commission de l'environnement et juriste de formation tente désespérément de donner un semblant de légalité à cette affaire.

A la veille de la présentation de son rapport, Sandrine décède dans des circonstances à première vue banales (intoxication alimentaire) mais qui éveillent les soupçons du journaliste Guy Quatreville, vieux routard de la politique bruxelloise. Adrien et Quatreville mènent l'enquête. Ils n'ont à ce stade pour boussole qu'une seule question : à qui profite le crime ?

A Juju, ancien colistier de Sandrine, promu député après sa mort ? A Helmut Crok, le député allemand ayant repris l'important dossier directive Habitats ? A Fish Europe, le lobby de la pêche qui a tout intérêt à s'opposer à l'allongement de la liste des espèces protégées ? Au Mittlestand, une mystérieuse confrérie de députés allemands qui se trouve dans le collimateur du journal à scandale Politicus et de sa journalistestar Sara Palmer ? Vous le saurez en continuant la lecture de notre feuilleton dont le fil reprend à Strasbourg, en pleine session Plénière.

Episode 9 - La Plénière s'amuse

Les sessions plénières étaient comme de grandes classes vertes pour adultes. Passé le désagrément du départ, une fois arrachés à leur quotidien bruxellois, bien des eurocrates finissaient par se plaire à Strasbourg. Il était évidemment de bon ton de se plaindre, de lever les yeux au ciel quand était prononcé le nom de la capitale alsacienne, mais j’en soupçonnais beaucoup de prendre un secret plaisir à l’exercice.

Pour nombre d’entre eux, ces escapades mensuelles étaient un moyen d’échapper à un quotidien morne et routinier. À Strasbourg on était comme hors du temps. Les journées commençaient aux aurores par des petits déjeuners de travail imposés par des collègues scandinaves. Elles se terminaient, une fois la tâche accomplie, par de bons dîners à l’heure espagnole, dont les additions étaient partagées « à la romaine », c’est-à-dire à parts égales, au profit des bons vivants et des gros mangeurs. Continûment en représentation, tout le monde était tiré à quatre épingles. Chaussures cirées et costumes bien cintrés pour ces messieurs, talons hauts et chemisiers serrés pour ces dames. Les liaisons extra-conjugales étaient nombreuses ; les regards fusaient et ce bel assistant ou cette jolie stagiaire auxquels on n’aurait pas forcément adressé la parole dans l’espace très hiérarchisé du Bruxelles de tous les jours devenaient, pendant ces quatre jours de cohabitation forcée, les acteurs à part entière d‘un épisode de « la Plénière s’amuse ». Étais-je moi-même emporté par cette expérimentation sociale, ou bien est-ce que quelque chose de vraiment exceptionnel m’arriva en cette Plénière de mois de mai ? Cher lecteur, je t’en laisse juge.

dimanche 8 janvier 2017

Oettinger star du catch



Ce lundi soir, à Bruxelles, devant une salle comble et en délire, le champion poids-bourde de la Commission européenne, Oetti a.k.a « The Undertaker » a remis son titre en jeu.

Dans la grande tradition du catch-spectacle, se sont succédé durant deux heures et demie les plus belles prises de la discipline. Auditionné par les catcheurs-parlementaires de la commission des budgets, Oetti a eu le droit à toutes les clés-de-bras de bras et à toutes les clés de répartition. Rien ne lui a été épargné. Les Verts ont attaqué très fort avec des sauts meurtriers partis des coins du ring.