Mailing List

mercredi 29 mars 2017

Bruxelles ou le Désert des Tartares

A Bruxelles, au sein des institutions, on l'attend : année après année, sommet après sommet, on scrute l'horizon à l'affût d'une réouverture des traités qui ne vient pas. Soixante ans après le Traité de Rome, tous espèrent la grande bataille de mots qui leur permettra de briller et de donner un sens à leur existence. Le Dino Buzzatisme guette, on se prend pour le lieutenant Giovanni Drogo tenant son fort face au Désert des Tartares. Nous vous livrons ici quelques extraits légèrement modifiés du chef d’œuvre de Buzzati.
Ce fut un matin de septembre que Giovanni Drogo, qui venait d’être promu officier-fonctionnaire, quitta sa ville natale pour se rendre à Bruxelles, au fort européen, sa première affectation. Il faisait encore nuit quand on le réveilla et qu’il endossa pour la première fois son uniforme de lieutenant-administrateur. Une fois habillé, il se regarda dans la glace, à la lueur d’une lampe à pétrole, mais sans éprouver la joie qu’il avait espérée.
 
C’était là le jour qu’il attendait depuis des années, le commencement de sa vraie vie. Pensant aux journées lugubres de l’Académie militaire du Collège de Bruges, il se rappela les tristes soirées d’étude, où il entendait passer dans la rue des gens libres et que l’on pouvait croire heureux ; il se rappela aussi les réveils en plein hiver, dans les chambrées glaciales où stagnait le cauchemar de ne pas trouver de stage, et l’angoisse qui le prenait à l’idée de ne jamais voir finir ces jours dont il faisait quotidiennement le compte.
 

mercredi 22 mars 2017

Episode 15 – Les Amants de Bruxelles



Episode 15 – Les Amants de Bruxelles

« Mon unique amour a jailli de mon unique haine. » Une semaine avait passé depuis l’ignoble découverte, et je n’avais retourné aucun des appels de Julie. Comment aurais-je pu ? J’étais effondré, abattu, consumé. Je passais de longues heures à ruminer les admonestations que je m’adressais dans mon for intérieur. Comment moi, Adrien Dulait, de gauche, Vert, pro-européen, antifasciste, avais-je pu frayer ainsi avec l’extrême-droite ? Moi qui n’avais jamais mis une recommandation positive sur un amendement du groupe de Marine Le Pain ! Moi, thuriféraire du cordon sanitaire, voilà que je m’ébattais avec une assistante du bloc identitaire ! Sorcière ! Ensorceleuse ! Mais de quelle sorcière parles-tu ? me répondais-je à moi-même. Julie n’est que tendresse, douceur et caresse… Ne t’a-t-elle ouvert les portes d’un paradis nouveau ? Elle est d’un autre groupe politique que toi, et alors ? N’es-tu pas avant tout un démocrate ? Le simple fait que l’extrême-droite soit constituée en groupe au Parlement européen n’est-il pas le signe que l’Europe politique est en train de naître ? En tant qu’assistante, quel que soit son groupe politique, Julie ne participe-t-elle pas de la construction européenne, à sa manière ? Non, non et non ! Charmeuse, sorcière ! De l’amour ? Pouah ! Des sortilèges eurosceptiques oui !

mercredi 15 mars 2017

Episode 14 – Pluxure



Précédemment dans Le Nom de l'alose : Par deux fois, le crime a frappé au Parlement européen. Après Sandrine Dufleur, eurodéputée verte française, c'est au tour du conservateur allemand Helmut Crok de trouver la mort dans des circonstances étranges. Mina, Adrien et Quatreville croient déceler le plan maléfique d'un tueur en série punissant les députés s'étant vautrés dans les sept péchés capitaux.

Vous avez manqué le début ?
Episode 1 : L’Assemblée du crime
Episode 2 :
Actio personalis
Episode 3 : La Ruche
Episode 4 - Chômage technique
Episode 5 - Moi, Président du Parlement
Episode 6 - Homo electus
Episode 7 - Zeitgeist
Episode 8 - Thalys qualis
Episode 9 - La Plénière s'amuse
Episode 10 - Parole, parole, parole
Episode 11 - In the shadows
Episode 12 - In Memoriam
Episode 13 - Seven
Episode 14 – Pluxure

Si dans la mythologie grecque les destinées de chacun étaient entre les mains de la déesse Tyché, le Parlement européen, Olympe moderne rempli d’élus courroucés et capricieux, avait décidé de remettre les clefs du destin à Victor D’Hondt. Contrairement à ce que certains pensaient à Bruxelles, D’Hondt n’était pas un fonctionnaire, mais un mathématicien belge qui avait créé en 1878 une formule pour la répartition des sièges à l’intérieur des assemblées d’élus. Ainsi l’attribution des postes et des rapports résultaient d’un système alambiqué de points dont seuls quelques initiés comprenaient les méandres. Le nombre de points dépendait du nombre de sièges détenus par les groupes politiques. En début de législature, les charges étaient réparties entre les groupes, chaque poste « coûtant » un certain nombre de points. Il en allait de même pour les rapports. Mais parfois, les Moires tranchaient les fils de la vie et Tyché reprenait ses droits sur Victor D’Hondt.

mercredi 8 mars 2017

Epso Facto



Certes, le rire est salutaire, mais il ne mène à rien. Cette semaine, nous faisons une pause dans notre feuilleton Le Nom de l’alose et nous vous proposons – une fois n'est pas coutume ! – un billet utile. Et c'est du très, très lourd : nous avons mis la main sur les prochains sujets des concours EPSO donnant accès à la fonction publique européenne.

Un rappel tout de même : seuls les ressortissants européens sont éligibles, et parmi eux, en réalité, seulement les Croates.

Les Grecques
Bas-fonctionnaires européens
Épreuve numéro 1 : Raisonnement abscons
 
Question 1
 
Parmi ces cinq vignettes, quel est l’intrus ?
 
A) B)C)D)E)
 

mercredi 1 mars 2017

Juncker Alighieri : la Divine Stratégie



En hommage à la plus haute tradition littéraire de notre Vieux Continent, le Président Juncker nous offre dans son Livre blanc publié aujourd'hui, sa Divine Stratégie. Dans cette vision dantesque de l'Union européenne, il dessine cinq scénarios correspondant aux cinq cercles de l'Enfer européen.

Premier cercle :  Les limbes du status quo
Y sont prisonniers ceux qui aiment l'Europe telle qu'elle est, sans queue ni tête.